Actualités

Les petites patates qui montent ! (1)

M.M. : « Mon voisin a testé l’an dernier plusieurs variétés nouvelles de pomme de terre et il en a été vraiment satisfait. Que pouvez-vous me conseiller ? »

B.D. : 2014 a été une belle année pour les récoltes de pomme de terre. Sauf dans les gros terrains (terres lourdes) où on a souvent observé du pourrissement, les rendements ont été exceptionnels. Les nouvelles variétés essayées aux alentours ont donné d’excellents résultats : il s’agit de Challenger, Mandola, Primadel (Var-Louisana), Prospère (Var-Stemster), Luciole et Celtiane.

M.M. : « Ces nouvelles variétés sont-elles vraiment plus intéressantes ? »

B.D. : Les variétés que vous plantez habituellement, depuis de nombreuses années, sont bien entendu des classiques qui ont fait leurs preuves. Cependant, elles sont déjà dépassées par des variétés qui leur ressemblent, certes, mais qui présentent d’autres avantages, comme la précocité, un rendement accru, la tolérance aux maladies ou à la sécheresse, la conservation plus longue ou un goût encore plus savoureux !

M.M. : « Pratiquement, comment faire son choix parmi ces petites nouvelles ? »

B.D. : Challenger est la grande gagnante face à Bintje et Spunta. Elle est capable de bons rendements même en année sèche ou en terrain filtrant, comme c’est le cas dans les pentes de notre terroir.

Elle résiste bien à la gale commune. C’est LA pomme de terre idéale de nos gratins savoyards.

Prospère (Var. Stemster) est également résistante au sec. À peau rouge, elle a le bon goût de la pomme de terre d’autrefois. Très rustique en montagne, elle remplace avantageusement Désirée et Urgenta. C’est la variété du débutant, facile à cultiver, avec un gros rendement, peu sensible aux maladies et aux intempéries… et polyvalente en cuisine. De plus, elle ne germe pas en cave de tout l’hiver. Essayez-la et devenez un jardinier comblé.

Mandola , quant à elle, est présentée comme une super-Monalisa et force est de constater qu’elle a tenu ses promesses cette année. Elle a toutes les qualités culinaires de Monalisa, le rendement et la conservation en plus. C’est la variété nécessaire dans un potager…

Partie 2

M.M. : « Quelles variétés faut-il planter pour avoir des petites pommes de terre nouvelles ? »

B.D. : En réalité, toutes les variétés quelles qu’elles soient peuvent être récoltées précocement au bout de 2 mois de culture environ, mais certaines seulement sont dotées des qualités de vraies pommes de terre primeur. Les championnes dans cette matière sont Amandine et Délicatess pour leur précocité, leur belle présentation, leur goût excellent et leur chair ferme.

Essayez aussi la nouvelle Primadel (var-louisana) avec les mêmes qualités mais polyvalente en cuisine, un très gros rendement et une excellente conservation en plus.

Avis aux amateurs : sur présentation de cet article, il vous sera remis un échantillon* de cette Primadel pour l’essayer cette année, si vous ne la connaissez pas déjà ! (* quantités limitées).

La Belle de Fontenay, variété ancienne, créée en 1885 (à Fontenay-sous-Bois) reste l’une des plus précoces, avec un très bon goût, mais son rendement et sa conservation sont vraiment très faibles.

Quant à Luciole et Celtiane, ce sont également deux précoces à chair ferme et savoureuse, de très bonne conservation, qui gagnent du terrain en remplacement de notre “vieille” Charlotte.

M.M. : « Les anciens ont toujours planté par tradition quelques pommes de terre à la Saint-Joseph, le 19 mars. N’est-ce pas trop tôt ? »

B.D. : Tout dépend de l’altitude, du terrain et de la météo ! de la lune aussi sans doute…

À cette date précoce, on peut planter quelques tubercules dans une serre ou sous un châssis, là où la terre est déjà réchauffée et où la température nocturne ne sera pas trop fraîche. On aura alors le plaisir de se régaler de petites patates nouvelles à la mi-mai.

M.M. : « Comment préparer les plants et quand peut-on planter en pleine terre sana risque ? »

B.D. : Disposez les plants sur une seule couche, à la maison, bien à la lumière, à une température entre 10 et 15°C.De cette manière, on obtient rapidement des germes trapus et violacés. Si vous êtes loin de planter, les semences attendront ainsi plusieurs semaines sans dommage, du moment qu’elles sont ventilées, éclairées et au frais. Surtout, ne laissez pas les plants à l’obscurité : les germes vont filer, devenir cassants et le plant va se vider.

En ce qui concerne la plantation en pleine terre, un bon indice auquel se fiaient les anciens correspond à l’ouverture de la première fleur du lilas. Cet arbuste, très rustique, fleurit d’autant plus tard que l’on s’élève en altitude. C’est le signe que le moment de la plantation des pommes de terre est venu !
Nalod's

Aux Serres de St Jean - Groupe Nalod’s - 73300 St Jean de Maurienne | Contact | Développement | Site jardineriesduterroir.fr