Actualités

Des conseils pour fleurir un talus très pentu




Entretien avec M.J. de Saint-Michel de Maurienne

M.J. « Je souhaite fleurir deux talus en plein soleil, dont l’un est très pentu. Quelles plantes faut-il choisir ? »

B.D. Les talus, surtout très pentus, sont assez difficiles à végétaliser sans effort. La terre y est souvent pauvre et sèche, surtout en plein soleil_ ! Observez déjà la flore spontanée qui y pousse, c’est-à-dire les « mauvaises herbes ». Si le sol est naturellement très enherbé, c’est une bonne indication de sa richesse. Il sera plus facile d’y faire pousser de « bonnes herbes ». Si en revanche, rien ne s’accroche naturellement en raison de la pente et/ou de la pauvreté du sol, alors cela va être plus difficile.

M.J. « On voit des talus avec des arbustes poussant sur une bâche verte. Est-ce la solution ? »

B.D. C’est une solution intéressante à condition de travailler le sol en profondeur, en le décompactant et en l’enrichissant avant de poser la bâche. Cette bâche tissée garde le sol propre, sans mauvaises herbes, tout en permettant à l’eau de pluie de s’infiltrer. Ainsi, l’eau et les éléments nutritifs du sol sont à la seule disposition des arbustes mis en terre.

M.J. « Avec quoi peut-on enrichir la terre avant de bâcher ? »

B.D. Le compost fait à la maison, le fumier bien décomposé et la tourbe fertile du commerce sont des matériaux qui peuvent être incorporés dans les 25 à 30 premiers centimètres du sol, comme on le fait dans un jardin potager.

M.J. « Que se passerait-il si l’on ne posait pas de bâche sur le talus ? »

B.D. Si la pente est faible, la pose de la bâche est facultative. En revanche, dès que la pente augmente, le simple fait de travailler la terre, ne serait-ce qu’aux emplacements des plantations, favorise son ravinement par la pluie. Les racines des arbustes se déchaussent progressivement et sont exposées au gel et au desséchement. On veut souvent mettre des plantes pour retenir la terre, mais il faut en réalité que la terre retienne d’abord les plantes pour que ces dernières puissent pousser correctement !

M.J. « Une fois la terre travaillée et la bâche posée, quels arbustes choisir ? »

B.D. Les arbustes qui conviennent pour un talus ensoleillé à Saint-Michel sont nombreux. Rampants ou en boules n’excédant pas 80 cm en tous sens, fleuris ou à feuillage persistant, il existe de bonnes valeurs sûres. On peut citer parmi elles les « décorosiers », variétés de rosiers couvre-sol très décoratifs car fleuris de juin jusqu’aux gelées dans de nombreuses couleurs.

Les spirées à petit développement, blanches pour les variétés de printemps ou roses pour les variétés estivales, les potentilles et les weigelia nains sont tous de très bons arbustes sans souci. Demandez conseil, un plan d’implantation peut vous être proposé pour vous simplifier la tâche.

M.J. « Comment réaliser la plantation dans les règles de l’art ? »

B.D. Repérez sur le terrain l’emplacement de chaque arbuste avec un bâtonnet ou une tache de peinture. Idéalement, la plupart de ces arbustes seront espacés de 75-80 cm en tous sens. Il faut leur laisser de la place pour s’exprimer. Ensuite, incisez la bâche en croix avec un cutter, creusez un trou dans la terre ameublie avec une petite pelle à main, déposez au fond du trou une poignée de corne broyée recouverte d’un peu de terre. Pendant ce temps, vous aurez fait tremper votre arbuste avec son pot dans un seau d’eau. Egoutter, puis démouler sans casser les racines. Mettre en place, reboucher et tasser au pied. Arroser. L’arrosage sera indispensable pendant tout le printemps et l’été qui suit, à raison d’au minimum un arrosoir de 10 l d’eau par plante et par semaine.

M.J. « Pour mon talus très pentu, où presque rien ne pousse, que pouvez-vous me conseiller ? »

B.D. Les très fortes pentes sont très difficiles à végétaliser. Vous vous en rendez compte, car même les plantes spontanées, appelées « mauvaises herbes », arrivent à peine à s’implanter. Si la pente est inférieure à 45°, vous pouvez tenter le semis d’une jachère fleurie. Il s’agit d’un mélange de graines de fleurs variées que vous pouvez semer maintenant. Afin que les graines « s’accrochent » plus facilement, griffez la surface du talus avec un râteau dans le sens perpendiculaire à la pente. Vous créerez ainsi de toutes petites terrasses qui vont retenir les graines le temps de leur germination. Evidemment, une pluie légère serait la bienvenue pour hâter cette germination ! Semez sur une terre préalablement débarrassée de ses herbes indigènes.

M.J. « Combien de temps dure cette « jachère » et comment faut-il l’entretenir ? »

B.D. Les fleurs qui constituent ces mélanges ont une pérennité sur 3 ou 4 années. Cela veut dire qu’au bout de ce temps, il est nécessaire de regarnir le talus en graines, précisément les zones plus dégarnies. Quant à l’entretien, il se résume à un fauchage une fois à l’automne. Ces mélanges de graines de fleurs ont l’intérêt de donner un aspect fleuri très naturel à des zones ingrates difficiles à végétaliser. Ils sont intéressants pour fleurir agréablement les abords des chalets en altitude, sans contraintes pour leur propriétaire.

M.J. « Et si la pente est supérieure à 45° ? »

B.D. Un talus plus pentu s’apparente à un début de muraille, où il n’est même plus envisageable de se tenir pour passer ne serait-ce qu’un coup de râteau. L’enrochement ou l’empilement de godets de béton peuvent alors être une solution pour retenir la terre et implanter ensuite des végétaux de rocaille dans des poches de terre.

Béatrice Dor

Ingénieur horticole

« Aux Serres de Saint-Jean » Avenue du 8 Mai

Saint-Jean-de-Maurienne Tél. 04 79 59 90 65
Nalod's

Aux Serres de St Jean - Groupe Nalod’s - 73300 St Jean de Maurienne | Contact | Développement | Site jardineriesduterroir.fr