Actualités

Comment cultiver son jardin au naturel




Entretien avec Melle P. d’Epierre.

Pour résumer, le jardinier « au naturel » est un observateur averti qui tente de respecter le mieux possible les cycles naturels, tout en favorisant le bon état sanitaire de ses plantes. Il est capable de tolérer un niveau acceptable d’attaques de parasites ou de maladies dans son jardin sans « sortir le bazooka ». Ainsi, il favorise la biodiversité en attirant et en retenant la faune auxiliaire utile, conscient de leur capacité naturelle à réguler les populations de ravageurs.

Melle P. « Comment attirer et retenir au mieux ces animaux utiles dans mon jardin ? »

B.D. Les oiseaux, les hérissons, orvets, crapauds, lézards, carabes, coccinelles, abeilles sauvages et domestiques, bourdons, papillons, syrphes, guêpes solitaires, araignées… ont leur place au jardin naturel, car ces animaux ne vivent pas dans VOTRE jardin, mais c’est plutôt vous qui vivez dans LEUR… habitat naturel_ ! Ils débarrassent le jardin de ses prédateurs et certains sont d’utiles pollinisateurs. Favorisez donc leur installation en leur offrant le gîte et le couvert_ !

Désormais, les oiseaux ne sont plus les seuls à bénéficier de nichoirs pour les attirer au jardin, les insectes ont eux aussi leurs abris : des « hôtels à insectes » fabriqués avec des matériaux de récupération se multiplient partout en France, aussi bien dans les jardins publics que privés. C’est une belle idée pour réconcilier le genre humain avec l’insecte si souvent écrasé d’un coup de talon rageur… tellement irresponsable.

Melle P. « Comment fabriquer facilement un tel « hôtel à insectes » ? »

B.D. Prévoyez au jardin un coin tranquille, bordé d’une bande de terrain laissé naturel, un peu sauvage, idéalement face au soleil ou au levant. L’abri peut prendre la forme d’un petit chalet fait de planches de récupération, avec un toit débordant fait de quelques ardoises, car l’eau ne doit pas s’infiltrer. L’abri doit être un peu surélevé pour éviter l’humidité du sol. Cloisonnez l’espace du « chalet » et remplissez chaque case avec des matériaux de récupération : paille tassée, briques creuses dont les trous auront été bouchés par un mélange de terre argileuse et de paille hachée, fagot de tiges sèches et creuses mais bouchées à une extrémité, tiges à moelle (ronce, rosier, sureau, framboisiers), sections de grosses branches percées de trous de différents diamètres à l’aide de différentes mèches de perceuse… L’ensemble est facile à réaliser avec des enfants, et il est intéressant de suivre avec eux l’arrivée et le manège des occupants de l’« hôtel » au cours des saisons. Un bon geste pour la biodiversité… et la santé de votre jardin_ !

Béatrice Dor

Ingénieur horticole

« Aux Serres de Saint-Jean » Avenue du 8 Mai

Saint-Jean-de-Maurienne Tél. 04 79 59 90 65
Nalod's

Aux Serres de St Jean - Groupe Nalod’s - 73300 St Jean de Maurienne | Contact | Développement | Site jardineriesduterroir.fr