Actualités

Plante verte ou plante fleurie ? Quelques conseils



Que ce soit une plante fleurie ou une plante verte, la question sur les besoins en eau se pose souvent et votre conseiller vendeur vous donne quelques conseils :
  • Le test le plus connu est de toucher la terre avec le doigt. Si la terre est sèche, la plante a besoin d’eau. Par contre, si la terre est encore mouillée, attendez avant de l’arroser de nouveau.
  • Autre test, quand le pot est très léger et que la terre se décolle du contour du contenant, la plante manque d’eau.
  • Arrosez de préférence, le matin et utilisez une eau à température ambiante (eau du robinet qui n’est pas trop calcaire ou de l’eau de pluie). Faites attention de bien laisser sécher la terre entre 2 arrosages. En hiver (période de repos pour de nombreuses plantes), arrosez environ une fois tous les 15 jours. De mars à septembre, reprenez un rythme d’arrosage hebdomadaire.
  • Augmentez les arrosages quand la plante :
  • est en période de croissance (printemps-été-automne),
  • a des bourgeons ou est en fleurs,
  • a un feuillage très fin,
  • est dans un petit pot.
  • Diminuez les arrosages quand la plante :
  • est en période de repos végétatif (hiver),
  • a des feuilles épaisses, cireuses et racines charnues.
    Baigner vos plantes d’intérieur
    Une méthode biologique pour éliminer les parasites.
    La poussière s’accumule sur le feuillage de nos plantes d’intérieur pour former une couche qui gêne le processus de la photosynthèse, indispensable à la belle coloration des feuilles. Originaires de forêts tropicales, elles apprécient une forte humidité : douchez donc les plantes au feuillage lisse au moins une fois par mois.
  • Posez le pot dans la baignoire et faites coulez de l’eau tiède, sans trop de pression. Commencez par le haut, puis les côtés et le bas.
  • Essuyez les grandes feuilles avec une éponge mouillée. Soulevez les feuilles qui en cachent d’autres, arrosez aussi le dessous, vous délogerez peut-être quelques parasites. Laissez égoutter et remettez le végétal à sa place.

Aux fenêtres, balcons et terrasses

Réussir ses semis en godet
Changer de décor tous les ans en semant des fleurs annuelles est une des opérations les plus simples, les plus gratifiantes, et à la portée de tous les jardiniers.
La croissance des plantes annuelles est très rapide. Elles sont programmées pour se développer et produire des graines en une année afin d’assurer leur survie. Vous obtiendrez très facilement une terrasse ou un massif fleuri quelques semaines après le semis, moyennant une bonne préparation du sol et un arrosage régulier. Le choix de variétés à fleurs doubles, qui produisent peu de graines, ou la suppression régulière des fleurs fanées prolongeront la floraison.

Au jardin d’ornement

Plus de fleurs, moins de gazon : un jardin facile !
Un bout de prairie fleurie, des brassées de fleurs des champs, des topiaires couvre-sol ou des vivaces tapissantes : pour vous aider à réduire un jardin ou une pelouse trop astreignant, nous vous proposons des idées de massifs à réaliser.
  • Semez nos mélanges de fleurs annuelles qui vous permettent de réaliser un spectaculaire mélange de tendres coloris. En outre, ces fleurs attirent un grand nombre d’alliés du jardinier : les abeilles, les papillons, les oiseaux...
  • Sobre et élégant, un massif de buis et de rosiers à fleurs blanches séduit par le jeu des différents feuillages ainsi que par la forme des végétaux qui le composent.
  • Aménager le devant de la maison : certains végétaux que notre conseiller vendeur vous propose comme les spirées, nepetas se développent rapidement, s’étalent, prennent leurs aises... et couvrent par là même le sol d’une manière éblouissante.

Favorisez les floraisons
Ne laissez pas vos potées fleuries tremper dans un récipient d’eau sous peine de faire pourrir les racines !
Semer en complément dans vos pots et jardinières des capucines, zinnias nains, pois de senteur nains, tagètes pour un effet rapide et assuré !
Si vous supprimez régulièrement les fleurs fanées, cette corvée est gratifiante à terme par le gain en abondance des floraisons.


Plantez les plantes qui résistent à la sécheresse :
Le dipladenia est une valeur sûre pour les expositions les plus chaudes de votre jardin ou balcon : de plus, vous pouvez l’associer avec des vivaces aussi résistantes qu’achillée, nepeta, penstemon, sauge, sedum, et hélianthèmes

Plantez un palmier
Il a lui aussi besoin d’eau : plus vous l’arroserez, plus il formera des palmes ; bien sûr, votre pot ne doit pas retenir l’eau et doit contenir des billes d’argile pour drainer tout excès d’eau !
Afin de faciliter son déplacement à l’arrivée du printemps et à la fin de septembre, il est parfois judicieux de placer le pot sur un plateau roulant vendu en jardinerie ! (bien prendre les mesures de la base de votre pot pour choisir ce plateau magique)

Au potager

  • Épinard : une proximité bénéfique
    Semez des rangs d’épinards entre les planches de légumes de la famille des Brassicacées (choux, navets, cressons…) pour lutter contre les altises car les racines des épinards diffusent des substances qui favorisent la croissance et renforcent la résistance aux attaques parasitaires des végétaux qui poussent à proximité.
    De plus, l’épinard peut aussi être utilisé comme engrais vert dans le potager.
    Sachez aussi que le romarin est un chasseur d’altises !
  • Comment récolter des carottes non fendues ?

Souvent la récolte des carottes déçoit le jardinier : les légumes sont fendus du haut en bas ou les carottes ont deux jambes au lieu d’être cylindriques. Ce n’est la faute d’aucune larve ni d’aucune pourriture !
Un manque d’eau ou un caillou sont en cause. Pour les carottes fendues, il s’agit d’un accident physiologique : elles ont souffert d’un manque d’eau pendant plusieurs jours suivis d’une pluie ou d’un arrosage qui a fait éclater les tissus. Ces carottes sont souvent dures et ne se conservent guère.

Un terrain préparé et des arrosages suivis. Au moment du semis, préparez soigneusement le sol en enlevant tous les cailloux. De plus, les apports d’eau devront être réguliers pendant toute la durée de la culture.

Semez le Haricot


C’est le moment de les mettre en terre dans un sol frais sans être trop humide à une exposition ensoleillée.
Semez en poquets de préférence au semis en lignes : 5 à 7 graines tous les 30 cm à 4 – 5 cm de profondeur.

Espacements entre vos lignes de 50 à 60 cm voire plus.
N’oubliez d’en semer au mois de juillet pour de bonnes récoltes en septembre.

Astuce du Terroir : trempez les graines dans une eau tiède la veille de votre semis pour hâter la germination.
Plantez les haricots à proximité de la carotte et de la tomate qui sont de bons voisins : évitez l’association la culture du haricot avec celle de l’ail, de l’échalote et de l’oignon.

Des haricots dans l’assiette

Le haricot vert ne doit pas cuire trop longtemps pour conserver toute sa saveur : il est meilleur s’il reste légèrement croquant.
Il s’accommode avec du beurre, de l’ail, du persil, de la sauce tomate ou de la crème fraîche et reste le meilleur pendant végétal aux traditionnelles frites de nos plats du jour.
  • Bonnes associations au potager : une pratique des anciens à refaire

Les plantes potagères poussent davantage lorsqu’elles sont bien associées, d’autres plantes éloignent les parasites.

Carotte : protégez-la avec l’ail, la ciboulette, les échalotes, les oignons, les salsifis et les poireaux contre la mouche de la carotte ; les radis limitent les attaques d’araignées rouges.
Chou : protégez le avec les tomates contre la mouche du chou ; les haricots le défend de la mouche du chou et les pucerons cendrés ; les céleris et les tomates assurent sa défense contre les piérides. Associer le aussi avec des aromatiques : l’hysope, la menthe, la sauge et le thym contre les piérides ou des fleurs : les cosmos contre les piérides ; les œillets d’Inde contre les altises.
Concombre et cornichon : le basilic les protège contre l’oïdium et la sauge officinale favorisent leur développement sans oublier les capucines contre les pucerons noirs.
Courgette : le thym le protège des limaces et les capucines, soucis et œillets contre les pucerons, les tabacs d’ornement contre les aleurodes
Épinard : les fèves, les haricots et les pois pour l’azote qu’ils apportent dans le sol, stimulent sa croissance.
Haricot vert : à placer avec le maïs pour servir de tuteur aux variétés grimpantes.
Sachez aussi que la sarriette et le romarin renforcent le haricot contre la mouche du haricot. Des capucines sont semées à proximité pour capter les pucerons qu’elles attirent sur elles.
Laitue :
Les choux donnent de l’ombre aux laitues en début de culture ou en été.
Le romarin, la sarriette, la sauge et le thym contre les pucerons et le thym contre les limaces. Les capucines et les soucis sont un bon moyen de lutte contre les pucerons
Melon : Le persil et l’origan le protège des pucerons, le thym contre les limaces
Navets : L’aneth, laitues et les tomates aident les navets à lutter contre les altises.
Oignons : les carottes protègent les oignons contre la mouche de l’oignon et le persil pour stimuler la croissance.
Piments et poivrons : sont protégés par les radis contre les araignées rouges. Et la bourrache attire les pollinisateurs, pour la fécondation des fleurs et donc favorise la fructification. Les soucis et œillets d’inde contre les pucerons.
Poireaux : ils sont protégés par les carottes contre la teigne du poireau.
Pois : ils sont protégés contre l’oïdium par les pommes de terre – qui profitent de l’azote fixé par les pois et par le tabac d’ornement contre les thrips.
Pommes de terre : L’ail et les aubergines contre les doryphores ; les haricots, les pois et les fèves pour l’azote qu’ils apportent dans la terre, ce qui stimule la croissance.
Radis : Les tomates et les laitues limitent les attaques des altises sur les radis et les carottes pour adoucir le goût des radis.
Tomates : le persil et le basilic stimulent la croissance et les œillets d’Inde et soucis les protègent des nématodes.

Au verger

  • Petits fruitiers : plantez-les dans votre jardin !
    Faciles à réussir, vous pouvez planter des petits fruits car ils offrent d’abondantes récoltes à déguster dans votre jardin mais aussi, sous forme de confitures ou de gelées, durant tout l’hiver à venir. Ils se cultivent souvent au potager, mais les buissons sont parfaits conduits en haie, accompagnés d’arbustes à fleurs ou de rosiers. Les framboisiers et les mûriers que l’on palisse se plantent contre un mur ou la cabane du jardin comme le long d’une allée. Les actinidias partent à l’assaut d’une pergola, d’une tonnelle ou de la façade de la maison. Choisissez-les selon vos goûts, votre sol, votre climat et les emplacements disponibles. Déclinez-les en plusieurs variétés afin d’étaler les périodes de récolte.
    Fraises, Framboises, Groseilles, Cassis, Mûres, Kiwis...autant de fruits à planter dès maintenant !
  • Plantez des muriers :
    La mûre est une ronce avec ou sans épine qui donne des fruits rouges, puis noirs à maturité. Elle doit être taillée durant l’hiver pour fructifier l’été suivant. Palissez ensuite ses longs rameaux. Elles s’accommodent d’un sol ordinaire, même si elles préfèrent qu’il soit riche et frais en été. Plantez-les dans un endroit abrité des vents, au soleil non brûlant ou à l’ombre légère, devant un solide support car les tiges dressées se palissent en éventail ou à l’horizontale si elles sont sarmenteuses. Prévoyez de 3 à 4 m d’étalement et 2 m de hauteur par pied. Toutes les variétés sont autofertiles.
Nalod's

Mentions légales | Groupe Nalod’s - 17 Parc Métrotech 42650 Saint Jean Bonnefonds | Contact | Développement