Actualités

Les plantes et leurs rôles dépolluants



A la maison

Attention aux courants d’air froids encore en cette saison ! Mais les plantes d’appartement restent importantes dans votre maison.
Les avantages des plantes d’appartement sont nombreux mais le plus important est leur rôle dépolluant sachant que :

  • Dix mille litres d’air passent chaque jour par nos poumons
  • Une plante pour 9m² (La multiplicité des plantes et leur grosseur assurent un résultat proportionnellement plus important)
  • De belles usines à dépolluer (la bio-épuration)
  • Les plantes transpirent pour nous !
  • On en dispose partout, même dans la chambre
  • Le plus naturel des anti-stress
  • 5 conseils pour bien les soigner :

1. De la lumière mais pas le plein soleil.
En hiver, approchez-les des fenêtres ; en été, éloignez-les d’un mètre.

2. Pour éviter les moisissures
Placez 2 à 4 cm de billes d’argile sur la terre et laissez-la bien sécher entre deux arrosages. Sauf exceptions (papyrus, capillaires...), les plantes survivent mieux au manque d’eau qu’à la noyade.

3. Jamais d’eau stagnante dans la soucoupe ou le cache-pot !
Le mieux est d’y mettre des billes d’argile et de privilégier, pour les gourmandes en eau, les bains de pots, puis de bien les égoutter.

4. Offrez-leur une période de repos hivernal
Au frais (entre 15 et 18 °C), avec un arrosage minimum. Apport d’engrais uniquement pendant les phases de croissante active.

5. Nettoyez les feuilles régulièrement
  • Retenez 5 plantes vertes championnes de régénération d’air

Le philodendron géant ou pothos humidifie les atmosphères trop sèches et absorbe les polluants des matériaux de décoration. Parfait dans une pièce fraîchement repeinte ou meublée.
Le chamaedorea, avec son fort taux de transpiration, lutte contre l’air sec. Ce palmier porte-bonheur en Asie est un allié de choix contre le benzène, le trichloréthylène et le formaldéhyde.
Le ficus benjamina élimine le formaldéhyde. Mais « monsieur » est exigeant : il déteste le manque de lumière, les courants d’air et les changements de place ! Une famille à éviter en cas d’allergie au latex.
Le chlorophytum, appelé aussi plante araignée, est d’une efficacité remarquable : en quelques jours, il absorbe 90 % du formaldéhyde et du monoxyde de carbone. Robuste, il se multiplie facilement et ne réclame que peu de soins. Panaché, il a besoin de plus de lumière que vert.
Le dracaena, qui peut vivre mille ans dans la nature, agit contre un large spectre de polluants. Il a besoin de lumière vive. Rappelez que les petits tronçons à la mode, dits bambous du bonheur, font partie de cette famille !
  • Retenez 3 plantes fleuries championnes de régénération d’air


    L’azalée agit contre l’ammoniaque des produits ménagers. Idéale pour la cuisine ou la salle de bains, à mi-ombre.
    Le spathiphyllum, avec sa floraison quasi permanente, enchantera votre intérieur. Il est gourmand en acétone, trichloréthylène, benzène et formaldéhyde. Une perle !
    L’orchidée papillon (phalaenopsis), la magnifique, a des grosses feuilles et des racines aériennes à l’activité dépolluante très intéressante.

Les solutions anti moustiques
Dès qu’il fait chaud, les femelles moustiques sont à l’affût de sang humain. Pour se protéger des piqûres parfois responsables de réactions allergiques, diverses solutions anti-moustique sont possibles :
Quelques conseils pratiques : les répulsifs
Parmi les solutions anti-moustiques, les produits répulsifs contiennent un principe actif à base de citronnelle qui éloigne les moustiques sans les tuer.
La citronnelle :
Son nom provient du fait que, bien que n’ayant aucun rapport avec le fruit du citronnier, la citronnelle dégage un puissant arôme citronné. Du reste, dans sa composition, on trouve du citronellal (environ 7%), au côté de géraniol (20%) et de phénols méthyléthers
Les répulsifs à base de citronnelle ne peuvent pas être utilisés en même temps que les crèmes solaires car chaque produit diminue réciproquement l’efficacité de l’autre.

Aménager sa maison
La protection la plus complète consiste à dormir sous une moustiquaire imprégnée de répulsif. Il est également efficace d’équiper de façon étanche les portes et les fenêtres de toile moustiquaire. Pour éviter la prolifération des moustiques, une bonne mesure de prévention consiste à vider toutes les réserves d’eau stagnante de votre maison où les larves pourraient se développer.

Les aérosols insecticides comme pour les diffuseurs, ce sont souvent des pyrèthres synthétiques (pyréthrine)

Les diffuseurs électriques :
Branchés sur une prise de courant, ils diffusent des substances insecticides dans la pièce. Les recharges se font sous formes de plaquettes ou de fioles de liquide.

Des destructeurs d’insectes : Lumière ultraviolette attirant les insectes vers une grille électrifiée qui les tue de manière instantanée. Sans douleur et hygiénique..

La protection par les plantes
La mélisse est une sorte de menthe avec une odeur de citronnelle. Planter de la mélisse à proximité des ouvertures (portes, fenêtres) agit comme un répulsif pour les moustiques et divers autres insectes.


Le thym citron :
Le thym citron, est une variété de thym qui sent bon le citron. Il pousse même en hiver, et est tout à fait adapté au climat français. Poser un pot dans une maison peut permettre d’éviter les moustiques.
Le basilic à petites feuilles est reconnu comme efficace pour faire fuir les moustiques.
Les maisons où ces plantes poussent sur le rebord des fenêtres ne sont jamais touchées par les moustiques.
Le géranium citron (Pelargonium citrosa) semble être la variété la plus efficaces contre les moustiques.
Le pyrèthre : très efficace contre de nombreux insectes.
Les prédateurs naturels du moustique sont les araignées, less batraciens, les chauves-souris
Autres protections anti-moustiques : vider (au moins une fois par semaine) les dessous de pots, petits abreuvoirs, arrosoirs, et autres récipients pouvant contribuer à la formation de petits dépôts d’eau, d’arrosage ou de pluie, dans lesquels peuvent se développer en quelques jours des dizaines de milliers de moustiques.
contrôler que l’eau ne stagne pas dans les gouttières.|

Au jardin d’ornement

Procurez vous un olivier dans votre jardin : ambiance méditerranée assurée !

Taillez les arbustes défleuris
Enlevez les fleurs fanées des rosiers pour assurer une bonne remontée en floraison des variétés remontantes et désherbez au pied pour éviter la concurrence de l’herbe.
Paillez le pied des arbustes pour limiter les arrosages et surtout surveillez l’arrosage de vos plantations de l’année.
Si vous ne l’avez pas réalisé, taillez les arbustes à floraison printanière.
Arrosez régulièrement vos arbustes à floraison estivale et apportez de l’engrais à vos plantes en pot.
C’est aussi le moment de la cueillette des fleurs de tilleul ; à faire sécher pour vos infusions.
Traitez contre les pucerons.
Associez les clématites et les rosiers grimpants pour un mariage de fleurs réussi !


La chaleur est bienvenue pour la croissance des végétaux mais elle favorise aussi le développement des prédateurs qu’il faut surveiller !
Paillis de lin
A l’arrivée de l’été, il faut pailler vos massifs ou potager avec des paillis de lin pour des économies d’eau : les paillettes de lin constituent un bon choix dans la catégorie "mulch biodégradable". Ce produit naturel et non toxique permet un paillage efficace et bon marché et vous permet de :
  • imiter la propagation des mauvaises herbes indésirables,
  • maintenir la fraîcheur du sol même en plein été,
  • protéger les plantes et bulbes du gel,
  • diminuer les désherbages des massifs,
  • apporter de la matière organique à vos plantes,
  • donner un abri à des hôtes bénéfiques (lombrics, cloportes, mille-pattes...)
    Les paillis (ou "mulch") peuvent être constitués d’écorces de pin, de déchets de cacao, de paillettes de lin, de tourbe, de paille, d’aiguilles de pin...
    Le paillis de lin présente également un intérêt décoratif : couleur clair, contraste avec les feuillages foncés. Il donne par ailleurs un aspect tissé au sol, ce qui confère une autre touche originale aux massifs.

Aux fenêtres, balcons et terrasses

Votre jardinerie vous propose toute une palette de plantes méditerranéennes. Que vous pouvez placer sur vos terrasses ensoleillées.

Pensez à arroser bacs et jardinières dès que le soleil persiste.

Pincez les géraniums lierre pour favoriser la ramification (coupez la pointe des jeunes branches).

Semez les vivaces, annuelles rustiques : clarkias, cosmos, soucis et pour les retardataires les capucines annuelles.

Supprimez le feuillage jauni et desséché des bulbes de printemps, puis rangez-les à l’abri et au sec, jusqu’à leur remise en terre l’an prochain.

Occupez-vous des iris fanés.

Le géranium : une valeur sûre !
Esprit de collection, valeur sûre des plantes fleuries, quel plaisir et quelle fierté d’exhiber une collection de géraniums : champion des compositions classiques avec leurs formes érigées en potée, massifs ou en jardinières, le géranium possède une vraie richesse de couleurs et de formes, de feuillages, ainsi que certaines fleurs exceptionnelles. Les pélargoniums (le vrai nom des géraniums) aiment le plein soleil et des arrosages modérés mais réguliers
Le symbole des couleurs du géranium : rouge clair exprime le réconfort, le rose la préférence, le géranium à feuilles vert sombre est synonyme d’amitié sincères…

Au potager

- C’est le moment de planter vos poireaux :
Si vous avez effectué des semis de poireau en avril, c’est en juin qu’il faut les repiquer à leur place au potager.
Repiquez les si possible vers les carottes dont ils apprécient la compagnie
Votre jardinerie vous propose aussi d’acquérir des plants pour rattraper le temps perdu ! Les bottes de jeunes plants sont maintenus par un lien et ces derniers paraissent parfois desséchés et pleins de terre... c’est bon signe ! Le poireau est un légume "costaud", qui reprend sans difficulté.
Le poireau préfère le soleil dans une terre ameublie avec une bêche ou une grelinette, et largement amendée avec du compost,
Apportez un fumier ou un compost car les poireaux se plaisent dans les terres riches en matière organique. Si vous plantez classiquement en ligne, aidez-vous d’un cordeau : comptez 20 cm entre deux rangs.

Qui sème les haricots à la Saint-Didier (23/05), en cueillera par millier.

Préparer les plants : rabattre les racines à 2 cm de longueur environ, et supprimer un bon tiers du feuillage (5 à 7 cm seulement seront conservés). Cela stimule les jeunes plants et favorise un bon enracinement. Faites un trou avec un plantoir d’une quinzaine de cm de profondeur, et plongez le plant dedans jusqu’à sa partie verte. Tassez soigneusement la terre autour et espacez d’une quinzaine de cm entre chaque pied.
Arrosez au pied de chaque plant avec le goulot de l’arrosoir.
Votre jardinerie vous conseille un engrais organique ou son engrais potager pour favoriser la croissance.
N’oubliez pas de couvrir le sol de paillette de lin pour permettre à la terre de conserver sa fraîcheur !
  • c’est le moment de planter encore les aubergines, tomates, poivrons et choux fleurs, melons et poirées : buttez les pommes de terre.
  • Nourrissez les cultures avec un engrais organique !
  • N’oubliez pas de planter des fraisiers pour des récoltes de fin d’été

Au verger

Pratiquer l’éclaircissage, c’est à dire enlever les fruits en surnombre en laissant entre chaque fruit un espace équivalent à la taille d’une main.
Les fruits restant seront de meilleure taille... Si vos arbres s’ornent de nombreux rameaux herbacés, dont la vigueur risque d’épuiser les ressources de l’arbre, n’hésitez-pas à pratiquer le pincement. Cette opération consiste à tailler les rameaux en question à 5-6 feuilles, de manière à refouler la sève vers le bas.
Protégez la récolte au verger en installant des pièges pour les parasites volants (carpocapse).

Les premières récoltes de fruits rouges arrivent bientôt en juin :

La plus grande partie des récoltes des fruits dans votre jardin : cassis, framboises, groseilles, fraises
…vos paniers regorgent de fruits mûrs à point, alors lancez-vous, réalisez vos propres conserves et confitures pour déguster toute l’année, facilement et à moindre coût, les fruits essentiels pour la santé !
Faire ses propres conserves permet d’utiliser des fruits de saison, à grande valeur nutritive et meilleur marché. Mais en salades ou compote, vous pouvez déguster vos fruits de l’été dès la récolte :

Les fruits doivent être frais et assez mûrs sans être abîmés. Les fruits doivent être lavés et égouttés. Selon le cas, on enlève la peau, les pépins ou les noyaux. Ils peuvent être laissés entiers ou coupés en morceaux.
Salades de fruits
Il existe de nombreuses variantes de salade de fruits, source idéale de vitamines, dont la vitamine C, aux minéraux. N’oubliez pas la menthe qui apporte une touche de fraîcheur. Les vitamines contenues dans les fruits frais sont fragiles. Leur dégradation commence au moment où ils sont cueillis…les consommer dans les deux ou trois jours suivant la cueillette. Le résultat en termes de santé est incomparable !
Compote
D’un point de vue nutritionnel, une portion de compote ou de fruits au sirop équivaut à une portion de fruit. Il n’y a pas de hiérarchie à établir. L’une ne remplace pas l’autre, mais l’une n’est pas supérieure à l’autre. Ces deux modes de consommation des fruits sont parfaitement complémentaires.
Et quoi de plus pratique pour improviser un vrai dessert, sucré mais léger : les compotes et les fruits au sirop peuvent bien sûr être servis tel quel, mais on peut aussi les associer à des fruits secs, un fromage blanc ou des vermicelles colorés. Avec quelques pêches ou des abricots, on peut préparer d’innombrables desserts : clafoutis, tartes, coupes melba, flans, crumbles, charlottes.
Nalod's

Mentions légales | Groupe Nalod’s - 17 Parc Métrotech 42650 Saint Jean Bonnefonds | Contact | Développement