Actualités

Les plantes bienfaisantes

Aux fenêtres, balcons et terrasses


Plantez des plantes bienfaisantes comme la Baie de Goji !
Le Goji est une baie du Lycium Barbarum, cultivée de la Chine à la Mongolie : ses baies sont pleines de ressources !
Très nutritive et riche en protéines et en Oméga 3, le Goji est rempli de vitamines, minéraux, oligo-éléments ; son sucre, le polysaccharide est meilleur pour la santé que les sucres classiques, les saccharides. Il peut donc agrémenter les desserts fruités. Cette baie contient aussi plus de 20 acides aminés dont 9 sont des acides aminés essentiels. Grâce à toute sa richesse nutritionnelle, la baie de Goji est consommée depuis de nombreuses années en Asie et dans l’Himalaya, procurant un élixir de jeunesse grâce à ses antioxydants, car en effet, le Goji est la baie la plus riche en antioxydants au monde, devant même la canneberge.
Solanacée et vivace à feuille caduques de culture facile, le lyciet de barbarie court comme une vigne d’environ 3m. Il porte des feuilles longues et étroites, alternées, d’un vert sombre. Ses petites fleurs mauves parfois jaunes à 5 pétales
donnent des baies orange puis rouges, ovoïdes, durables apparaissant à l’automne et persistant l’hiver. Un sol léger, riche en humus lui convient très bien.

A la maison



L’alimentation de votre chien selon la taille de sa race
Les chiens de grande taille se caractérisent par une croissance très longue et très importante, un tube digestif relativement plus petit que celui des autres chiens, …

Un chien adulte de grande race a une tolérance digestive relativement faible. Il faut lui donner une alimentation très digestible, et suffisamment énergétique pour que les repas ne soient pas trop volumineux. Exemple : L’agilité, la polyvalence et le grand dévouement du Labrador Retriever font de lui l’un des chiens les plus appréciés. Son pelage et sa morphologie uniques nécessitent une alimentation spécialement étudiée...À partir de 6 ans, les grands chiens deviennent plus fragiles. Une alimentation étudiée selon la race permet d’améliorer leur qualité de vie et d’augmenter leur longévité.
Davantage que les autres, les petits chiens ont tendance à être « gâtés » Pour décourager ces pratiques, la ration alimentaire servie aux petits chiens doit leur être particulièrement appétissante. Un conditionnement particulier s’impose pour préserver la fraîcheur des produits secs (consommation quotidienne faible : moins de 200 g par jour).

Spécificités en fonction de la taille du chien
Grandes races :
  • Croissance longue (environ 14 mois) : éviter l’excès de matières grasses.
  • Risque d’affections articulaires : éviter l’excès de supplément en calcium.
  • Tolérance digestive faible : donner une alimentation très digestible.
  • Risque de torsion d’estomac : choisir des aliments très énergétiques pour un volume réduit.
    Petites races : Chiens "difficiles" : donner une alimentation canine très appétissante
  • Troubles digestifs fréquents > Préférer des petites présentations, et des aliments très digestibles.
    Croissance rapide : donner une alimentation concentrée en éléments de croissance.
    Alimentation pour les chiens de chasse ou chiens très actifs
    Pour de meilleurs résultats, il est nécessaire de nourrir les chiens très actifs avec une nourriture très riche en calories et en éléments nutritifs, au minimum 8 semaines avant l’effort physique. Si l’activité intense du chien est occasionnelle, il est préférable de revenir à une alimentation moins riche en calories pour éviter un surpoids, pendant la période de repos. Lors de ce passage à une nourriture différente, il est conseillé de l’introduire progressivement en mélangeant 25 % de la nouvelle alimentation avec 75 % de l’ancienne. Pendant les 3 jours qui vont suivre, il faut continuer à augmenter la part de la nouvelle alimentation tout en diminuant la part de l’ancienne.
    Si le chien maintient un niveau d’activité élevé tout au long de l’année, il est conseillé de le nourrir quotidiennement avec une alimentation riche en calories et en nutriments.

Au potager


Fraisiers à planter, fraises à déguster : c’est le bon moment pour planter quelques nouvelles lignes de fraisiers, indispensables dans tout potager. Ils auront le temps de s’installer avant l’hiver et vous récolterez dès le printemps prochain !
  • Achetez de beaux plants dans votre jardinerie que vous placez dans une terre riche en humus, au soleil.
  • Dans une bande de 50cm de large, plantez en 2 lignes, en espaçant les plants de 25 à 30cm.
  • Attention de ne pas enterrer le cœur en ramenant la terre vers le collet.
  • Offrez-leur de l’engrais organique, ils sont très gourmands.
    Voici nos variétés préférées : non remontante mais avec de gros fruits ’Fantastica’, une création Delbard, très parfumée. Pour une variété remontante, choisissez la somptueuse ’Mara des Bois’ au délicieux parfum de fraise des bois. Et n’oubliez pas la Saveur des Bois ® deltomi.

Au jardin


Préparez votre sol pour accueillir fruitiers et rosiers !
Un sol profond, bien drainé, aéré, frais, enrichi d’un apport d’engrais organique, voilà ce qu’il faut pour que vos rosiers poussent sans problèmes. Le sol parfait est un sol moyen, ce que l’on nomme « terre à blé ». Voici ce que vos rosiers détestent : les sols où l’humus pur est trop présent, trop riche en azote, trop acide ou encore les sols imperméables ou trop calcaires.
Préparez les trous de plantation, de 40 cm sur 40cm. Sortez la terre, ôtez cailloux et racines d’herbes, décompactez le fond.
Si vous ne connaissez pas la nature du sol, et c’est valable aussi pour les arbres fruitiers, pratiquez une analyse de la terre (renseignez-vous dans votre jardinerie) et le résultat vous indiquera si vous devez modifier sa nature physique et chimique par l’apport d’amendements et de fertilisants.
Les arbres fruitiers ne sont pas trop exigeants sur la nature de la terre, mais ils n’aiment pas un excès de calcaire ou un sol trop acide.
Dans les sols légèrement calcaires, où se plaisent les figuiers et les cerisiers, effectuez des apports de matières organiques plutôt acides, d’humus et de tourbe blonde.
Restructurez les sols sableux, légers, favorables aux abricotiers et pêchers, avec des matières organiques (fumier bien décomposé, par exemple).
Dans les sols argileux, plantez des pommiers, des poiriers et les arbustes à petits fruits. Pour y cultiver d’autres fruitiers, apportez de l’humus, et une poignée de chaux éteinte.
Creusez des trous de 60 à 80cm en tous sens. Si vous plantez plusieurs espaliers ou des haies de petits fruits, faites une tranchée, de la même profondeur.
Sortez la terre, ôtez tous les cailloux, et les racines des mauvaises herbes. Décompactez le fond et remplacez la terre si nécessaire, ou bien ajoutez l’amendement choisi.

Vivaces


Venez découvrir notre large gamme de plants de vivaces pour préparer dès maintenant votre automne et printemps 2012.
Préparer le sol pour vos futures plantations : bêchage et amendements.
Commencer les plantations des vivaces.
Tuteurer les grands asters.
Couper les hampes défleuries des roses trémières par exemple.

Vivaces de printemps et d’été
  • Divisez-les sans risques, vous pouvez déplacer ou diviser les plantes vivaces qui ont terminé leur floraison. Si la terre est sèche, arrosez abondamment la veille de l’opération.
  • Coupez le feuillage à 10cm du sol.
  • Avec une fourche bêche, détourez la touffe, à 25cm du cœur de la plante. Sortez-là avec le maximum de terre si vous avez l’intention de la déplacer sans la multiplier. Replacez la motte à l’endroit voulu.
    Si vous voulez diviser cette touffe, si les racines sont enchevêtrées, suivant les espèces, détachez les racines à la main ou à la bêche. Replantez, arrosez abondamment.

Au verger

« En septembre, pluie fine est bonne pour la vigne »
  • Comment choisir parmi les différentes variétés de fruitiers ?
    Il y a effectivement beaucoup de variétés différentes. Le choix s’effectue en fonction du goût du consommateur mais également en fonction de la période de maturité en essayant d’échelonner les périodes de récoltes si vous plantez plusieurs arbres d’une même catégorie.


Récolte et conservation des fruits d’automne
Pour les pommes et les poires, ne traitez ainsi que les variétés dites de conservation.
Delbardivine®, Tentation®, Delbard Jubilé®, Harmonie®, Ariane, Royal Gala, Delbardtardive®, Cybèle®, Régali®, Reinette grise du Canada, Belle de Boskoop, Golden Delicious, Granny Smith, Reinette Clochard, Court Pendu pour les pommes.
Péradel®, Comtesse de Paris, Sucrée de Montluçon, pour les poires, entre autres.

Cueillez les fruits dès qu’ils arrivent à maturité. Certains ne sont pas mûrs lorsque les gelées arrivent. Récoltez-les, entreposez-les : ils finiront de mûrir en caissette.
Ne cognez jamais les fruits à conserver, rangez-les dans des clayettes, les uns à côté des autres, sans qu’ils se touchent, puis mettez-les sur une table, dans un local sain, hors gel et bien ventilé.
Attendez les premières gelées pour récolter les kiwis, puis rangez-les en caissettes, à entreposer au cellier.
Tous les 3 ou 4 jours, au cours de l’hiver, allez faire votre ‘marché’ dans le local, où vous accueilleront mille parfums mêlés. Rapportez quelques fruits à consommer de suite, et profitez-en pour surveiller l’état sanitaire. Un fruit abîmé, un fruit jeté !
Ramassez noix, amandes, noisettes, sortez ces dernières de leur réceptacle, triez pour ôter les fruits véreux, puis étalez-les pour les faire sécher parfaitement. Ensuite, vous pouvez les conserver dans la maison, dans un compotier.
Collectez les châtaignes qui se sont échappées des bogues, puis écrasez les bogues pleines avec le pied pour faire jaillir les fruits, ou munissez-vous de gants très épais pour les sortir de leur cocon. A la maison, immergez-les dans un récipient empli d’eau. Jetez celles qui flottent. Laissez les autres tremper pendant une semaine afin de détruire les insectes et leurs œufs, rincez-les puis séchez-les au soleil pendant plusieurs jours. Etalez-les sur des claies, en cellier frais et ventilé. Remuez régulièrement, pour les aérer.
Astuce à retenir  : une pomme est mûre lorsque ses pépins sont bien noirs !

Au jardin d’ornement

  • Une large et nouvelle gamme d’arbustes et d’arbres d’ornement vous est présentée dans notre pépinière : venez vite la découvrir pour vos plantations d’automne.
  • Arroser, si nécessaire, les arbustes à feuillage persistant. 
     
    Apporter du compost au pied des bambous après avoir ramasser les feuilles mortes.
    Tailler les haies d’arbustes à feuillage persistant si cela n’a pas été fait en août.
  • Commencer la plantation des arbustes et plantes grimpantes vendus en conteneur. 



Quels sont les différents types de rosiers ?
On peut classer les rosiers en plusieurs catégories :
  • Rosiers buissons à grosses fleurs : de développement compris entre 0,40 et 1m de hauteur, émettant au ras du sol 3 à 5 branches donnant une succession de belles roses isolées ou groupées par 3 ou 5 fleurs. -Ces rosiers sont remontants.
  • Rosiers buissons à fleurs multiples ou fleurs groupées : de développement compris entre 0,40 et 1m de hauteur, émettant au ras du sol 3 à 6 branches donnant une succession de roses groupées en bouquets. Ils peuvent être polyanthas ce qui correspond à des inflorescences de 10 à 25 roses ou floribundas, ce qui correspond à des inflorescences de 5 à 12 roses. Ces rosiers sont remontants.
  • Rosiers couvre-sol : de développement compris entre 0,40 et 1m de hauteur, ces rosiers se courbent vers le sol et poursuivent leur croissance en s’étalant jusqu’à 1 ou 2 m de largeur. Ils portent un petit feuillage fin et des fleurs abondantes.
  • Rosiers grimpants : de développement partant du sol et atteignant entre 2 et 4 m de hauteur après 2 ou 3 ans, ces rosiers doivent être arqués ou palissés. Ils peuvent être à grosses fleurs ou à fleurs groupées.
  • Rosiers lianes : type de rosiers grimpants qui possèdent des grappes de petites fleurs groupées avec un développement pouvant aller jusqu’à 10 m. Ils ne sont pas remontants
  • Rosiers tiges : rosiers greffés sur un ’tronc’ d’environ 1 m au sommet duquel ils se ramifient en 3 ou 5 branches. Cette ’tête’ produit tout l’été à l’extrémité de ses rameaux, une succession de grosses fleurs ou de fleurs en bouquets.
  • Rosiers pleureurs : rosiers tiges greffées plus haut (environ 1,60 m) et dont le port est retombant.
Nalod's

Mentions légales | Groupe Nalod’s - 17 Parc Métrotech 42650 Saint Jean Bonnefonds | Contact | Développement