Actualités

La mouche mineuse du poireau

Entretien avec M.D. de Bramans.
M.D. « Déjà l’année dernière j’ai trouvé dans le blanc de mes poireaux arrachés à l’automne de petites gélules brunes et dures au bout de galeries creusées jusqu’au cœur du poireau. Cela ne ressemble pas au “ver” du poireau, plus courant. Qu’en est-il ? Et comment m’en débarrasser l’an prochain ? ».

B.D. Les dégâts que vous observez sont bien ceux de la mouche mineuse du poireau ( Phytomyza gymnostoma ). Les “petites gélules brunes” sont en fait des pupes, c’est-à-dire des nymphes de mouche. Dans le cycle du développement des mouches, les pupes correspondent à un stade immobile, un stade de conservation de l’insecte, qui le met à l’abri des mauvaises conditions, ausi bien des températures froides que des grosses chaleurs. Ce stade est intermédiaire entre la larve (l’asticot, qui grossit très vite en consommant la matière végétale dans l’épaisseur de la feuille tout en forant des galeries) et l’adulte (la mouche, ailée, qui va s’accoupler et pondre à nouveau).

Cette mouche, petite (3 mm de long), grise à tête et “genoux” jaunes, attaque aussi l’oignon, la ciboulette, et dans une moindre mesure l’ail et l’échalote.

M.D. « Je n’avais jamais remarqué de tels parasites auparavant ! »

B.D. Cette mouche est apparue en France en Alsace en 2003, en provenance du centre de l’Europe. Depuis elle s’est déplacée vers l’ouest et colonise aujourd’hui la France entière.Chez nous, en montagne, elle est apparue plus tardivement et provoque des dégâts aussi en altitude depuis 3 ans.

M.D. « Comment empêcher ces dégâts ? Lorsque mon épouse voit un grain brun en épluchant un poireau, elle a envie de tout jeter ! »

B.D. Dans l’état actuel des connaissances scientifiques sur ce ravageur, il semble que la lutte n’est possible que par la pose d’un voile anti-insectes à maille fine (0,5 à 0,8 mm). Les vols d’insectes adultes sont dépendants des températures. Ils ont été étudiés avec précision depuis quelques années sur différentes régions et notamment en Île de France par la Fredon (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles)

M.D. « Quand doit-on poser le voile anti-insectes pour empêcher la mouche mineuse de pondre ? »

B.D. Avant les vols des adultes ! Mais les périodes de vol sont difficiles à déterminer. Ces périodes varient chaque année, en fonction des températures. Pour déterminer les pics de vol, on peut piéger ces mouches avec des pièges jaunes collants ou en forme de coupe placés à faible hauteur dans les cultures dès le repiquage. Apparemment il y aurait 2 pics de vol : un au printemps (mai-juin) avant les grosses chaleurs puis un second en août-septembre avant les grands froids. Il est important de poser le filet anti-insectes sur des arceaux, sinon les mouches arrivent à pondre à travers, sur les feuilles qui touchent le filet. Chaque piqûre de ponte laisse échapper une perle de suc à forte odeur de poireau qui attire irrésistiblement toutes les mouches mineuses de la même espèce pour pondre sur la parcelle. De l’œuf naît un asticot qui – en s’alimentant – fore une galerie descendante jusqu’au cœur du poireau. Cette larve se nymphose en pupe, le petit tonnelet brun que vous avez observé à l’épluchage, d’où sortira une mouche adulte qui cherchera à s’accoupler puis pondre… et le cycle est bouclé. L’automne particulièrement doux de 2014 a probablement permis un forte attaque en août et septembre, même en altitude, d’où les nombreux dégâts mentionnés.

M.D. « Dois-je changer d’emplacement au jardin pour repiquer mes prochains poireaux ? »

B.D. Oui, assurément, changez d’emplacement systématiquement, et aussi pour l’oignon, l’ail et l’échalote (famille des Alliacées). Les pupes, très dures, se conservent bien dans le sol et aussi dans les déchets de culture au compost. En replantant au même endroit, vous risquez d’enfermer les mouches sous le filet au lieu de les éloigner !

M.D. « Puis-je consommer les poireaux atteints ? »

B.D. Bien sûr. En dehors du relatif dégoût que les pupes en grand nombre peuvent inspirer, il est tout à fait possible - et avec beaucoup de patience - d’éplucher soigneusement chaque fût et d’éliminer les bestioles. Vous l’avez compris, ne jettez pas les épluchures sur le tas de compost. Le reste, pas très présentable, entrera dans la composition d’une honorable soupe...
Nalod's

Aux Serres de St Jean - Groupe Nalod’s - 73300 St Jean de Maurienne | Contact | Développement | Site jardineriesduterroir.fr