Actualités

La maladie des nécroses annulaires

Entretien avec M. P. de La Chambre
M.P. : « Cette année, j’ai récolté de vilaines pommes de terre, présentant sur la peau des cercles boursoufflés. Sont-elles consommables ? »

B.D. Rassurez-vous, si vos pommes de terre ne sont pas très présentables, elles sont en revanche parfaitement consommables. Evitez de les utiliser en robe des champs mais une fois épluchées, il n’y paraîtra plus rien. Consommez les plus atteintes en priorité pour vous éviter des soucis en cours de conservation.

M.P. : « Quelle est cette maladie ? »

B.D. Il s’agit de la maladie des nécroses annulaires de la pomme de terre. Elle est provoquée par l’un des nombreux virus qui attaquent la pomme de terre : le virus Y nécrogène. Ce virus est présent à l’origine dans la semence : il s’agit donc toujours au départ de plants de pomme de terre dont on a conservé la semence d’une année sur l’autre.

M.P. : « Ce n’est pourtant pas mon cas, car j’ai acheté cette année toutes mes semences dans le commerce ! »

B.D. Les semences que vous achetez dans le commerce doivent toutes porter sur leur emballage l’étiquette bleue réglementaires apposée par le SOC (Service Officiel de Contrôle), qui certifie que ces plants sont indemnes de maladies et de parasites. La maladie ne provient donc pas de votre parcelle, mais d’une culture du voisinage.

M.P. : « Comment se transmet cette maladie ? »

B.D. Le virus est véhiculé d’un jardin à l’autre par les pucerons. Ce sont des insectes piqueurs qui pompent la sève des plantes au moyen de la minuscule seringue qui leur sert de bouche. En s’alimentant, ils prélèvent en même temps les virus présents dans la sève des plantes contaminées. Les pucerons à l’origine des nouvelles colonies sont des femelles ailées (femelles fondatrices) qui volent dans les parcelles environnantes, se posent sur les feuilles de pomme de terre les piquent et en même temps relarguent le virus dans la sève des plantes saines. Les feuilles se crispent alors sous l’effet des piqûres, puis le virus descend dans les tubercules, créant les boursouflures annulaires que vous observez. Les symptômes s’aggravent en cours de conservation.

M.P. : « Comment éviter la maladie l’an prochain ? »

B.D. : Surveillez tôt au printemps les premières attaques de pucerons et supprimez les extrémités crispées dès qu’elles apparaissent. Une grosse attaque justifie un traitement contre les pucerons. N’utilisez surtout pas vos propres semences mais continuez à vous procurer des semences certifiées. Les variétés Charlotte, Monalisa et Nicola semblent les plus sensibles à cette maladie.
Nalod's

Aux Serres de St Jean - Groupe Nalod’s - 73300 St Jean de Maurienne | Contact | Développement | Site jardineriesduterroir.fr