Actualités

L’entretien des vivaces

Entretien avec Mme R. de St-Jean-de-Maurienne - le 10/07/2015
Mme R. « J’aime les plantes vivaces car elles refleurissent fidèlement chaque année, mais je manque de conseils pour les entretenir. Il arrive que je sois dépassée par leur exubérance… »

B.D. : Le choix des plantes vivaces qui résistent au gel dans notre terroir est très vaste. Il en existe pour toutes les situations : soleil, ombre, terrain humide ou terrain sec, valeurs sûres pour la montagne. Lorsqu’elles se plaisent, elles peuvent effectivement devenir exubérantes. Il est très important de marier habilement les espèces, par rapport à leur développement (hauteur et largeur), leur époque de floraison, la couleur des fleurs et leurs exigences culturales. La plupart des vivaces ont une floraison limitée dans le temps, 4 à 6 semaines en général. Seules quelques espèces, comme les œillets vivaces, les gaillardes, les coréopsis par exemple, restent en fleurs une bonne partie de l’été et peuvent tenir tête à bon nombre de fleurs annuelles. Toutefois, les annuelles d’été (œillets d’inde, bégonia, impatiens) et les vivaces dites gélives (comme les géraniums, que l’on doit hiverner à l’abri pour les conserver) détiennent toujours le record d’abondance et de durée de floraison : c’est pourquoi ces fleurs peuvent agréablement venir compléter un massif de vivaces un peu dégarni.

Mme R. : « Comment nettoyer facilement ces plantes vivaces ? »

B.D. : D’abord, veillez à ne pas laisser les herbes indésirables envahir vos massifs. Désherbez à la main entre chaque touffe de plante et paillez la surface au sol qui ne doit pas rester nue. Utilisez pour cela les tontes successives de gazon en couches fines et sèches, comme on le fait avec bénéfice au potager. C’est non seulement utile mais esthétique. Les écorces de pin, les paillettes de bois, les résidus de broyage de branches, les petites pommes de pin, les plaquettes d’ardoise (d’une si belle couleur bleue lorsqu’elles sont mouillées)... tous ces matériaux peuvent en même temps décorer et garder propre votre massif ou votre rocaille. Comptez 6 cm d’épaisseur minimum pour un effet durable.

Mme R. : « Comment nettoyer les plantes vivaces pour avoir un massif toujours impeccable ? »


B.D. : Rechargez régulièrement la couche de paillis entre les plants, apportez un engrais granulés « vivaces » et prévoyez d’épandre des granulés anti-limaces, surtout si le temps est humide. Vous supprimerez les fleurs fanées chaque semaine, comme vous le faites avec vos fleurs annuelles. En effet, les graines en formation s’accaparent l’énergie au détriment des nouveaux boutons. Avant votre départ en vacances, n’hésitez pas à tailler court la plupart de vos vivaces : elles souffriront moins de la chaleur et du manque d’eau et vous les retrouverez en boutons – du moins pour celles qui fleurissent l’été – à votre retour.

Mme R. : « J’ai des grands pieds d’alouette d’un très beau bleu, mais qui ont tendance à s’affaisser sous la pluie… ».

B.D. : Les tiges des grandes vivaces gagnent à être soigneusement tuteurées, afin de résister au vent et au poids des fleurs alourdies par la pluie. Les tuteurs les plus discrets sont des tiges de bambou ou, plus écologique, des rameaux bien droits de noisetier. Prenez la précaution de piquer une petite pomme de terre sur l’extrémité de chaque tuteur de façon à protéger vos yeux, un accident est vite arrivé. Vous pouvez aussi disposer trois tuteurs en tipi, liés ensemble à leur extrémité avec du raphia ou des bandes de tissu coloré. C’est non seulement utile mais décoratif.

Mme R. : « Faut-il arroser les vivaces ? »

B.D. : Si votre choix s’est porté sur des plantes adaptées à votre sol et à son exposition, l’arrosage sera nécessaire toute la première année qui suit la plantation. Ensuite, elles peuvent se débrouiller seules, théoriquement. Si vous devez arroser, faites-le plutôt le soir, en été.

Mme R. : « Comment les diviser et quand ? »

B.D. : Lorsque vos plantes se touchent, elles commencent à se gêner : le moment de les diviser est arrivé. Divisez vos plantes lorsque leur cycle de floraison est terminé. Par exemple, pour les iris vous procèderez en juillet. Pour diviser une vivace, il faut l’extraire du sol avec une bêche, couper la souche en plusieurs morceaux en gardant les pousses externes les plus vigoureuses. Replantez un ou plusieurs éclats, selon la place, et offrez les autres à votre entourage : une bonne manière de faire plaisir à peu de frais !
Nalod's

Aux Serres de St Jean - Groupe Nalod’s - 73300 St Jean de Maurienne | Contact | Développement | Site jardineriesduterroir.fr