Actualités

La noctuelle de la tomate

M.R. : « Au secours ! Mes tomates encore vertes sont rongées par une chenille vert-fluo, j’en ai aussi sur mes haricots et mes choux ! Jamais vu cette bestiole, d’où vient-elle, comment l’éliminer ? ».

B.D. Il s’agit bien de la noctuelle de la tomate, la chenille d’un papillon arrivé il y a peu de temps en Maurienne. De son nom savant Helicoverpa armigera (les anglo-saxons l’appellent Cotton bollworm ) c’est un papillon nocturne d’origine tropicale, installé en France à la faveur du réchauffement climatique depuis la canicule de 2003.

On le croyait cantonné aux régions chaudes comme la pyrale du buis, mais il colonise maintenant le Nord et les régions de montagne. Cet insecte est incroyablement polyphage, notamment en Afrique où il ravage le coton, le tabac, le maïs et de nombreuses plantes vivrières.

M.R. « Comment ces chenilles sont-elles arrivées dans mon jardin ? »

B.D. Ce sont les papillons qui volent sur de grandes distances, poussés par les vents ! Les premiers vols ont lieu en mai et se poursuivent jusqu’aux premiers froids en octobre. Chaque femelle fécondée pond plusieurs centaines d’œuf sur les feuilles, les fleurs, les fruits de vos pieds de tomate. À l’occasion, elles grignotent un peu de tout : aubergines, poivron, haricot, pois, chou…

Un œuf peut éclore en seulement 3 jours à la température favorable de 27-28°C. Donc en période de canicule, tout va très très vite ! Les toutes petites chenilles arpenteuses qui éclosent commencent par ronger les feuilles, les fleurs…

Elles grossissent, puis creusent les tomates encore vertes et en dévorent l’intérieur. Le dégât peut passer inaperçu jusqu’à la maturité des fruits. Le cycle complet dure un mois, si bien que l’on peut observer de 2 à 4 générations par an. Dès que les premiers froids arrivent, les dernières chenilles passent l’hiver sous forme de chrysalide (qui est la forme de conservation de la famille des lépidoptères) enfouie en profondeur dans le sol, en attente des températures plus clémentes du printemps. Et vous, bon jardinier, allez innocemment lui offrir encore et encore matière à grignoter avec vos nouveaux plants de tomates !

M.R. : « Un produit, enfin ? »

B.D. Oui, le B.T. ( Bacillus Thuringiensis ), produit bio s’il en est, qui ne traite que les chenilles, avant qu’elles ne pénètrent dans les fruits !
Et nourrissez bien les oiseaux du ciel l’hiver ! Les mésanges sont très friandes des petites chenilles au printemps pour nourrir leurs jeunes !
Nalod's

Aux Serres de St Jean - Groupe Nalod’s - 73300 St Jean de Maurienne | Contact | Développement | Site jardineriesduterroir.fr