Actualités

De belles tomates en perspective (2)

6) Paillez, paillez, paillez

Après la plantation, paillez tous les espaces de terre nue entre les plants. Les avantages sont nombreux. Une fois que la couche de paillis atteint 5 à 6 cm, les herbes indésirables ne peuvent plus se développer et votre carré de tomates reste impeccable sans travail de désherbage supplémentaire.
Ce paillage permet par ailleurs d’économiser beaucoup d’eau, car l’évaporation au niveau du sol se trouve très diminuée. Enfin, s’il pleut violemment en été, les gouttes d’eau ne rebondissent pas du sol vers les feuilles de tomates, minimisant ainsi les attaques de mildiou.

Dernier avantage : l’esthétique. Une surface paillée est propre et agréable à l’œil. Servez-vous de vos tontes de gazon séchées pour un paillage particulièrement économique.

7) Engrais : tous les 15 jours

Les tomates sont des plantes gourmandes : déposez tous les 15 jours une cuillerée de granulés d’engrais bio (tomates ou fraises, bien potassique) dans la cuvette d’arrosage. L’engrais fond ainsi progressivement dans l’eau pour arriver jusqu’aux racines. L’ engrais soluble ou liquide à mélanger dans l’eau d’un arrosoir est également efficace.

8) Gourmands : taillez-les

À chacune de vos visites au jardin, inspectez vos plants pour éliminer les gourmands le plus tôt possible. Ce que l’on nomme « gourmand » est un rameau nouveau qui naît à l’aisselle d’une feuille. Si vous ne les retirez pas (l’ongle du pouce suffit lorsque cette tige est très jeune), vous allez obtenir un gros buisson au lieu d’un pied de tomate bien droit sur son piquet. Ce fouillis de tiges donnera certes des fruits, mais mal alimentés car trop nombreux. De plus, l’abondance de la végétation fait qu’elle sèche mal après une pluie et favorise de ce fait l’extension des maladies. Une exception possible toutefois pour la tomate-cerise, qui peut être carrément palissée sur un grillage ou une rambarde de balcon. En gardant quelques gourmands attachés en éventail, on obtient une petite palissade esthétique et gourmande !

9) La fraîcheur : une ennemie en montagne

Attention aux dernières gelées encore possibles en juin en montagne ! La tomate (comme l’aubergine et surtout le poivron) réussit mal en altitude. En dessous de 8°C, la plante ne pousse plus. Il existe par contre des housses en polyéthylène perforé bien pratiques pour hâter le démarrage des plants.
Nalod's

Aux Serres de St Jean - Groupe Nalod’s - 73300 St Jean de Maurienne | Contact | Développement | Site jardineriesduterroir.fr