Actualités

C’est le moment (1)

Entretien avec Mme P. de St-Julien-Montdenis - le 11/12/2015
Mme P. « Résidant depuis peu dans la région, je m’interroge sur les travaux à faire maintenant, en novembre, au jardin potager, au jardin d’agrément ainsi que les soins à donner aux plantes à l’intérieur… »

B.D. : Cette belle période d’automne, douce et ensoleillée, donne vraiment envie de continuer les travaux de jardinage à l’extérieur. Mais hâtez-vous !

- Le potager nécessite un nettoyage avant l’hiver, mais ne laissez pas le sol nu.

Laissez les paillis non décomposés en place, ne ratissez pas les feuilles mortes : cette couverture protège le sol tout l’hiver et empêche les mauvaises herbes de gagner du terrain au printemps. Vous reprendrez le travail du sol seulement au printemps en apportant du fumier bien décomposé (de plus d’un an), du compost maison et/ou de l’engrais naturel du commerce. Lorsqu’on apporte le fumier à l’automne, les pluies et la fonte des neiges entraînent l’azote en profondeur… vers les nappes. Résultat : un gaspillage et une pollution de l’eau, surtout dans nos terrains légers. Paillez les plants fragiles et les légumes qui vont rester au jardin pour pouvoir les récolter plus facilement au fur et à mesure de vos besoins : c’est le cas des carottes d’hiver, des poireaux, de la mâche, de l’oseille, du persil...

- Les gazons peuvent encore être semés, exceptionnellement, car le temps est doux. Préparez le terrain finement sur 20 cm d’épaisseur. Semez du gazon spécial regarnissage (graines enrobées) sur les parties dégradées : la germination est très rapide et le gazon visible en une dizaine de jours !

- Les plantations d’arbres et d’arbustes sont possibles tant que le sol n’est pas durci par les grosses gelées. Prenez les précautions de creuser des trous larges et profonds pour donner de l’aisance aux racines. Le secret d’une plantation réussie réside dans les 4 conseils suivants :

1) Achetez des plants de qualité, leur durée de vie en dépend. Laissez-vous conseiller pour un choix adapté à la fois à votre sol, à l’exposition et à l’altitude où vous vous trouvez.

2) Creusez des fosses de plantation larges et profondes, au moins 3 à 4 fois de volume de la motte de racines.

3) Prévoyez une réserve de nourriture en profondeur, sous les racines, sous forme de corne broyée.

4) Arrosez copieusement chaque semaine, pendant une année complète (sauf hiver).

Mme P. : « Quels sont les soins à apporter aux plantes d’intérieur pour l’hiver ? »

B.D. : Dans nos intérieurs, les plantes subissent deux contraintes pendant l’hiver : la baisse de luminosité et la sécheresse de l’air.
Concernant la baisse de luminosité , rapprochez vos plantes au maximum des fenêtres. Le soleil direct, redouté en été, n’est plus à craindre en hiver, car les rayons sont doux et brûlent rarement, sauf en altitude.
La sécheresse de l’air , quant à elle, intervient dès que l’on met le chauffage en route. La plupart de nos plantes d’intérieur sont en fait des plantes d’origine tropicale, c’est-à-dire qui poussent sous un climat chaud et humide. L’hiver, nos appartements apportent certes de la chaleur, mais peu ou pas d’humidité. Ne confondez surtout pas humidité de l’air et arrosage excessif : une plante qui a les pieds dans l’eau et la tête au sec ne vit pas longtemps ! Vaporiser fréquemment le feuillage est utile mais très contraignant. La solution est de grouper les plantes qui réclament un air humide sur une grande soucoupe (ou un grand plateau comme une lèchefrite de four de récupération) remplie de billes d’argile qui baignent constamment dans un fond d’eau. Ainsi, l’eau s’évapore constamment dans l’atmosphère, enveloppant les plantes d’un air humide impalpable. Cela ne dispense nullement d’arroser les plantes selon leur besoin propre et de bien les protéger des courants d’air froid.

Mme P. : « Que faire pour les plantes grasses ? »

B.D. : Les plantes grasses et les cactées que nous gardons en intérieur, sont originaires des régions chaudes et sèches de notre planète, comme le Mexique par exemple. Ces plantes sont adaptées au sec mais réclament beaucoup de lumière. Elles gagnent à être mises au repos dans votre véranda fraîche, hors gel en compagnie de vos géraniums : dans ce cas, vous ne les arroserez pas cet hiver. Si vous les gardez au chaud dans votre intérieur, arrosez-les peu, une fois par mois, en les faisant boire par le fond dans la mesure du possible. Seul le Schlumbergera doit être arrosé davantage lorsque les boutons à fleurs se forment : c’est le fameux “cactus de Noël” qui fleurit fidèlement chaque année à la période des fêtes…

Mme P. : « Quels sont les soins à apporter aux plantes d’intérieur pour l’hiver ? »

B.D. : Dans nos intérieurs, les plantes subissent deux contraintes pendant l’hiver : la baisse de luminosité et la sécheresse de l’air.
Concernant la baisse de luminosité , rapprochez vos plantes au maximum des fenêtres. Le soleil direct, redouté en été, n’est plus à craindre en hiver, car les rayons sont doux et brûlent rarement, sauf en altitude.
La sécheresse de l’air , quant à elle, intervient dès que l’on met le chauffage en route. La plupart de nos plantes d’intérieur sont en fait des plantes d’origine tropicale, c’est-à-dire qui poussent sous un climat chaud et humide. L’hiver, nos appartements apportent certes de la chaleur, mais peu ou pas d’humidité. Ne confondez surtout pas humidité de l’air et arrosage excessif : une plante qui a les pieds dans l’eau et la tête au sec ne vit pas longtemps ! Vaporiser fréquemment le feuillage est utile mais très contraignant. La solution est de grouper les plantes qui réclament un air humide sur une grande soucoupe (ou un grand plateau comme une lèchefrite de four de récupération) remplie de billes d’argile qui baignent constamment dans un fond d’eau. Ainsi, l’eau s’évapore constamment dans l’atmosphère, enveloppant les plantes d’un air humide impalpable. Cela ne dispense nullement d’arroser les plantes selon leur besoin propre et de bien les protéger des courants d’air froid.

Mme P. : « Que faire pour les plantes grasses ? »

B.D. : Les plantes grasses et les cactées que nous gardons en intérieur, sont originaires des régions chaudes et sèches de notre planète, comme le Mexique par exemple. Ces plantes sont adaptées au sec mais réclament beaucoup de lumière. Elles gagnent à être mises au repos dans votre véranda fraîche, hors gel en compagnie de vos géraniums : dans ce cas, vous ne les arroserez pas cet hiver. Si vous les gardez au chaud dans votre intérieur, arrosez-les peu, une fois par mois, en les faisant boire par le fond dans la mesure du possible. Seul le Schlumbergera doit être arrosé davantage lorsque les boutons à fleurs se forment : c’est le fameux “cactus de Noël” qui fleurit fidèlement chaque année à la période des fêtes…
Nalod's

Aux Serres de St Jean - Groupe Nalod’s - 73300 St Jean de Maurienne | Contact | Développement | Site jardineriesduterroir.fr